Louis Majorelle, une "Table à thé à décor de laque incrustée"

De Marc Maison - Japonisme.
Fig. 1 : Louis Majorelle,
Table à thé à décor de laque incrustée. Vers 1880.
© Galerie Marc Maison

Cette table à thé à deux plateaux (fig. 1) est tout à fait représentative de la production de meubles laqués d'inspiration extrême-orientale par Louis Majorelle. Sa forme classique, héritée du XVIIIè siècle, laisse le champ libre à une décoration laquée de qualité.

Les deux plateaux sont le support de scènes lacustres au décor en relief. Sur le plateau supérieur (fig. 2), un oiseau en vol est environné des fleurs et des plantes. Le plateau inférieur reprend ce même type de décor, directement influencé par l'Extrême-Orient.

Fig. 2 : Louis Majorelle, Table à thé à décor de laque incrustée, Détail du plateau supérieur.
© Galerie Marc Maison

Bien que ne comportant aucune signature, cette table à thé peut être attribuée sans aucun doute à Louis Majorelle. En effet, la présence, sur les deux plateaux, de la mention « Déposé » (fig. 3) dans une calligraphie caractéristique de l'école nancéienne signale une réalisation postérieure au dépôt du Brevet d'Invention en 1878. La présence de différents éléments incrustés, comme les yeux des oiseaux, prouve la paternité de ce décor.

Fig. 3 : Louis Majorelle, Table à thé à décor de laque incrustée, Détail de la mention "Déposé".
© Galerie Marc Maison
Fig. 4 : Louis Majorelle, Table à thé à décor de laque incrustée, Détail de la grue du plateau inférieur.
© Galerie Marc Maison

On retrouve la même grue en vol que celle du plateau inférieur (fig. 4) sur un vase à décor laqué d' Auguste Majorelle conservé au Musée de Toul (fig. 5) tendant à prouver la permanence du répertoire décoratif d'Auguste Majorelle même après sa mort. Nous savons que Louis Majorelle, après son arrivée à Paris en 1886, fournit la maison de l' Escalier de Cristal en différents modèles de mobilier. Cette table pourrait faire partie de ce type de production, une autre table à thé, extrêmement proche de la nôtre dans ses formes et passée en vente publique en 2005[1], portant l'étiquette de la célèbre maison d'édition.

Fig. 5 : Auguste Majorelle, Faïence Auguste Majorelle. Faïencerie de Toul-Bellevue, Détail.
Numéro d'inventaire : MT.999.14.2
© Musée d'Art et d'Histoire de Toul

Notes et références

  1. Étude Massol, Vente du 28 novembre 2005, Hôtel Drouot.
Outils personnels