Japonisme et mobilier fançais

De Marc Maison - Japonisme.
Le Pavillon du Japon à l'Exposition Universelle de 1878 à Paris


A l'orée de l’Ère Meïji, qui débuta en 1858, le Japon s'ouvre vers l'étranger et sort de plusieurs siècles de repli sur soi. L'exceptionnel attrait de ce pays exotique fut considérable sur les pays occidentaux. L'ouverture du Japon se fit notamment grâce aux grandes expositions qui regroupaient alors tous les pays du globe, les Expositions Universelles. Cet attrait se manifesta notamment dans les arts européens, et français plus particulièrement. Le mobilier français fut grandement inspiré par ce "Japonisme". Le mobilier japonisant fut mis au point par plusieurs ébénistes, parisiens notamment. A la tête de ceux-ci figurent Gabriel Viardot, qui fut le chef de file du mobilier japonisant. Le Japonisme se manifesta dans le mobilier par la mise au point d'un répertoire décoratif très caractéristique : frises de bois ajouré, dragons sculptés en ronde-bosse, en bois ou en bronze, plaquettes de bronze doré ajouré, asymétrie des volumes et des formes, répertoire décoratif naturaliste et floral... Le Japonisme connut alors une vogue sans précédent, qui dura plusieurs décennies et se manifesta par un fort attrait de la part d'une clientèle fortunée et de connaisseurs.

Le mobilier issu du Japonisme se développa jusqu'à l'aube du XXè siècle.


Un Japonais lors de l'Exposition Universelle de 1878 à Paris
Outils personnels