Edouard Lièvre et Paul Sormani, Une "Table à thé japonisante en palissandre"

De Marc Maison - Japonisme.
Fig. 1 : Edouard Lièvre et Paul Sormani, Table à thé japonisante en palissandre.
Palissandre massif et plaqué, bronzes dorés à patine vieil or.
Entre 1867 et 1877.
Plaque : Paul Sormani 10 rue Charlot Paris et estampille : Sormani Paris.
Courtesy Galerie Steinitz.
© Galerie Steinitz

Cette exceptionnelle Table à thé japonisante en palissandre (fig. 1) fut conçue par Edouard Lièvre et réalisée par Paul Sormani. Reposant sur quatre pieds galbés prenant la forme de bambous, elle est d'une extrême qualité plastique. L'esthétique de cette table à thé allie une épuration des formes à la richesse des bronzes dorés qui l'ornent.

Fig. 2 : Edouard Lièvre et Paul Sormani, Table à thé japonisante en palissandre, Détail.
Courtesy Galerie Steinitz.
© Galerie Steinitz
Fig. 3 : Edouard Lièvre et Paul Sormani, Table à thé japonisante en palissandre, Détail.
Courtesy Galerie Steinitz.
© Galerie Steinitz

La ceinture du plateau supérieur est le support d'un décor de bronze particulièrement travaillé, notamment avec cette branche de prunus (fig. 2) en fleur qui semble être la marque de fabrique d' Edouard Lièvre. Le prunus est directement issu du répertoire décoratif extrême-oriental à l'instar des deux médaillons de style chinois qui l'encadrent (fig. 3).

Chaque plateau est bordé d'une ceinture de bronze délicatement ajourée. La partie centrale des pieds est garnie d'appliques de bronze représentant une branche de bambou feuillagée (fig. 4).

Fig. 4 : Edouard Lièvre et Paul Sormani, Table à thé japonisante en palissandre, Détail.
Courtesy Galerie Steinitz.
© Galerie Steinitz

Cette table à thé nous permet d'appréhender plus aisément les liens qui pouvaient lier Edouard Lièvre et Paul Sormani.

L'estampille et la plaque (fig. 5 et 6) présent sur cette table à thé mentionnent le nom de Paul Sormani, ce qui prouve que celle-ci fut réalisée avant la mort de ce dernier en 1877. Après cette date, la Maison Sormani fut dirigée par sa veuve et son fils, et la raison sociale de la société est transformée en " Sormani Veuve Paul et Fils". De plus, la mention de l'adresse au numéro 10 de la rue Charlot prouve que la réalisation de cette table est située après 1867, date du déménagement de Paul Sormani à cette nouvelle adresse.

Fig. 5 : Edouard Lièvre et Paul Sormani,
Table à thé japonisante en palissandre, Détail de la plaque portant le nom de Paul Sormani.
Courtesy Galerie Steinitz.
© Galerie Steinitz
Fig. 6 : Edouard Lièvre et Paul Sormani,
Table à thé japonisante en palissandre, Détail de l'estampille.
Courtesy Galerie Steinitz.
© Galerie Steinitz
Outils personnels